ŒUVRES
de
FLORENTINE MULSANT

Oratorio op 39 pour une femme seule : Simone Weil
Fermer la fenêtre

3 flûtes la 3ième prend piccolo, 3 Hautbois, le 3 ième prend le cor anglais, 2 clarinettes en sib, 1 Clarinette basse, 2 Bassons, 1 Contrebasson, 4 Cors, 4 Trompettes, 3 Trombones, le 3 ième prend le trombone basse, 1 Tuba, Timbales, 3 Percussionistes, 1 Harpe, 1 Récitant, 16 Premiers violons, 14 Seconds violons, 12 Altos, 10 Violoncelles, 8 Contrebasses à 5 cordes

(2011)

Commande de l'Orchestre National d'Ile de France, l'Oratorio op 39 pour une femme seule, a été écrit durant l'automne 2011.
D'une durée de 24 mn, l'oeuvre est écrite d'après un livret d'Emmanuel Bourdieu. Il met en relief 6 années importantes de la vie de la philosophe Simone Weil.
La première année est l'année 1923, Simone a 14 ans et se révèle être une adolescente dépressive et habitée par un idéal humain hors du commun. Le texte introduit l'oeuvre seul puis est soutenu par la musique dans un univers mélodique très expressif.
1934 : Simone est adulte et décide après ses études de philosophie de travailler en usine à la chaîne auprès des ouvriers. Elle souffre dans cette atmosphère insoutenable mais « veut rencontrer la vraie vie et faire l'expérience du malheur ». La musique illustre la cadence de travail et le bruit infernal de l'usine par un rythme omniprésent et obsédant.
En 1936 nous retrouvons Simone Weil à Barcelone en pleine guerre civile espagnole. Elle est témoin d'une scène barbare où un jeune boulanger est passé par les armes. De douleur son père devient fou. L'orchestre traduit la douleur de ce père par une couleur orchestrale dominée par les cuivres et les percussions.
1938 : Simone est à l'abbaye de Solesme pour les fêtes de Pâques. Elle prie pour la première fois de sa vie, entourée par les moines et le silence de l'abbaye. Elle récite un poème sur l'amour. La musique se développe au fur et à mesure du poème dans une couleur douce et méditative.
En 1942 Simone Weil est à Londres. Elle est aux côtés des résistants, ardente défenseur de la liberté des peuples. Simone entoure un soldat qui meure dans ses bras. L'orchestre joue un ode funèbre, symbole de la mort et de la souffrance des hommes.
24 août 1943 : Simone est en Angleterre et agonise. Elle ne veut pas mourir, elle veut continuer à être auprès de ceux qui se battent pour leur liberté. Mais la mort est là qui la prendra à 34 ans en pleine jeunesse. L'orchestre accompagne le récitant, l'alto et le hautbois symbolisant la souffrance de Simone face à la mort qu'elle refuse.
L'oeuvre se conclut dans une atmosphère orchestrale très expressive. Simone n'est plus mais son œuvre demeure.

Extraits sonores



Retour en haut de page

(c) Florentine Mulsant, 2012