ŒUVRES
de
FLORENTINE MULSANT

« Mantrana » pour orchestre d’après une lecture d’Ernst Jünger op. 5
Fermer la fenêtre

2 fl. en sol, 1 hb., 2 cl. en la, 1 ba, 1 cor, 2 tr. Ténor, 1 tuba contrebasse, 1 harpe, 1 vib., 1 xyl., 1 piano, 1 caisse claire, crotales, cymbale suspendue, cordes : 6 5 3 3 2

(1986)

Composé pendant les 6 premiers mois de l'année 1986, et d'une durée de 6mn 15 env., le titre fait référence au recueil du même nom de l'écrivain allemand Ernst Jünger.
Le Mantrana est un jeu de dominos à 2 et 3 dimensions, joué avec des maximes que l'on appelle des « pierres ». Ces brèves maximes expriment une expérience ou une opinion et suscitent une réaction.
L'œuvre pour orchestre s'appuie sur la maxime suivante :
« l'obscurité devrait présager l'incommunicable et non l'incapacité à communiquer. »
Elle est composée de 3 parties enchaînées et développe tout d'abord au sein de tessitures fixes, une densification progressive de l'écriture au moyen de multiples contrepoints.
Dans la 2ième partie, la couleur du timbre orchestral est privilégiée, puis, la dernière séquence propose à partir d'une écriture à nouveau dense, une élision progressive de celle-ci jusquà la toute fin de la pièce.

Extraits sonores



Retour en haut de page

(c) Florentine Mulsant, 2012