ŒUVRES
de
FLORENTINE MULSANT

Quatuor avec piano op. 28
Fermer la fenêtre

piano, violon, alto, violoncelle

(2003)

Le Quatuor avec piano opus 28, d'une durée de 20 mn environ, a été écrit durant l'automne 2003. Il est composé de 3 mouvements et s'inscrit dans la poursuite d'un cycle d'œuvres dédiées à la musique de chambre. En effet, après plusieurs Sonates pour cordes et piano, un Trio avec piano, et un Quatuor à cordes, écrire pour piano et cordes offre une nouvelle recherche d'alliances de timbres et d'équilibre instrumental.
L'écriture du 1ier mvt développe un élément mélodique présenté dès le début de l'œuvre sous la forme d'un dialogue entre le piano et les cordes. Cet élément principal est la clef de voûte de tout le mouvement. Tour à tour rythmique et sarcastique, lent et expressif, résonant et mystérieux, il sera également développé harmoniquement et soutenu par une dynamique pleine d'énergie et de contrastes instrumentaux.
Le 2nd mvt est soutenu par deux climats très expressifs. Le premier est confié au piano : il est constitué d'une nappe mélodique faite d'infimes permutations à chacune de ses apparitions. Les cordes, quant à elles proposent un thème très intense, construit sur des accords de quintes superposées, ces accords sont aussi soumis à d'infimes changements harmoniques. Le piano conclut seul le mouvement, dans un climat harmonique d'attente .
Le 3ième mvt est construit autour d'un thème unique, vif, mêlant différentes attaques instrumentales aux cordes : arco et pizzicato .Il est constitué de 5 parties enchaînées au cours desquelles le thème sera développé sous différents contrepoints . En effet, s'inspirant de la fugue, ce mouvement propose d'entendre un véritable travail de renouvellement mono-thématique : mouvement droit et inverse, superposés, canon à 2 et 3 voix, rétrogradations …
Après une grande réexposition par mouvement contraire, le thème du 1ier mvt est redonné, mystérieusement, et, permet au Quatuor d'être conclu dans une grande unité musicale.

Extraits sonores



Retour en haut de page

(c) Florentine Mulsant, 2012